Pat Fletcher (1916-1985)

   

 

    Pat Fletcher (1916-1985) intronisé en 1998        

Tranquille et courtois, le regretté Pat Fletcher fit partie des grands de ce jeu tout comme les Jack Nicklaus, Arnold Palmer et Lee Trevino. Ces derniers considéraient même Fletcher comme leur ami. Avec sa ténacité légendaire et son habileté comme compétiteur et professionnel de club, il était digne du Royal Montreal, où il travailla pendant presque 20 ans.

Né le 18 juin 1916, Pat Fletcher était le fils d’un dentiste. En 1920, sa famille quitta Clacton-On-Sea, en Angleterre, pour s’établir à Victoria, en Colombie-Britannique. Il fut introduit au jeu en travaillant comme cadet à cet endroit. Le professionnel du club, Phil Taylor s’intéressa au jeune Pat et lui permit de se servir de ses bâtons.

Fletcher révéla ses talents de golfeur pour la première fois lorsqu’il remporta le Championnat junior Gorge Vale, son seul et unique titre amateur. Le pays se trouvait alors dans la « Grande Dépression » et plusieurs jeunes cadets continuèrent de travailler après leur 19e anniversaire, devenant automatiquement des professionnels d’après les règles du jeu de l’époque.

En 1935, il devint le deuxième assistant au club de golf Jasper Park. La même année, il joua son premier tournoi professionnel : l’Alberta Open au Edmonton Golf and Country Club. Pour gagner des sous pour le voyage, il vendit des parts de lui-même à 5 $ l’unité à ses confrères cadets du club. Après 63 trous, Fletcher menait la compétition.

« Je m’en souviendrai aussi longtemps que je vivrai » a dit Fletcher dans un article publié en 1979. « Je me souviens d’avoir marché dans l’allée du 64e trou et je me demandais comment j’allais dépenser tout cet argent. J’ai commis un double bogey et j’ai perdu par un coup. J’ai appris qu’il ne faut jamais rien prendre pour acquis ».

Ce succès lui valut un travail comme assistant-pro au club de golf Mayfair où il restant pendant cinq ans. Durant cette période, il rencontra Dorothy Fraser de Edmonton et les deux se marièrent le 19 juillet 1939. En 1941 et 1942, il travailla comme professionnel et gérant du Edmonton Golf and Country Club avant d’accepter la position de professionnel au Highlands Golf Club, à Edmonton. En 1946, il passa au Saskatoon Golf and Country Club et y resta dix ans. C’est à cet endroit que son habileté en tant que joueur a vraiment pris son envol.

De son propre aveu, Fletcher n’était pas un long frappeur, mais à l’époque les officiels des tournois laissaient pousser l’herbe haute très longue et emmêlée et une prime était payée aux joueurs qui gardaient leur balle dans l’allée. À ce niveau, Fletcher était l’un des meilleurs. D’ailleurs, il fut longtemps considéré comme l’un des joueurs les plus efficaces avec un wedge.

Parmi ses nombreux accomplissements à titre de joueur, la liste comprend : quatre fois finaliste de l’Alberta Open (1935, 1944, 1946 et 1947), il obtint sa meilleure chance de gagner en 1946 lorsqu’il perdit la ronde éliminatoire de 18 trous; une victoire au championnat des golfeurs professionnels du Canada (1952); vainqueur à trois reprises du Saskatchewan Open (1947, 1948 et 1951), cinq fois deuxième à ce même tournoi (1949, 1950, 1952, 1954 et 1955); à égalité au 31e rang au Masters (1955); une victoire au Tam-O-Shanter à Chicago (1956); deux victoires consécutives à l’Omnium du Québec (1956 et 1957); et deuxième au championnat senior de la CPGA (1968).

Il remporta plusieurs autres tournois de moindre importance tout au long de sa carrière et il participa également à quatre reprises à la Coupe du Canada internationale par équipe (l’ancêtre de la Coupe du Monde aujourd’hui).

Le point saillant de sa carrière fut cependant sa victoire à l’Omnium du Canada de 1954 – le seul canadien à avoir remporté ce tournoi en 1914 et aujourd’hui. Cela s’est produit au Pointe Grey Golf and Country Club à Vancouver, en Colombie-Britannique.

C’est comme si le destin l’avait dirigé vers le sommet. Lors de la deuxième ronde de l’Omnium du Canada de 1952, disputé sur le parcours du St-Charles Country Club de Winnipeg, Fletcher remonta le groupe des meneurs avec six oiselets et un trou d’un coup après les sept premiers trous et termina le premier neuf avec un résultat de 29 et ce, malgré un bogey de trois coups roulés au 9e trou. L’année suivante, en 1953, il remporta la Coupe Rivermead à titre de meilleur canadien au Scarborough Golf Club. Il termina à seulement quatre coups du vainqueur.

En 1956, Fletcher déménagea au club de golf Royal Montreal. Son engagement mit pratiquement fin à sa carrière compétitive à l’âge de 40 ans et il en débuta une autre à titre de professeur et d’administrateur.

Il démontra ses talents d’administrateur pour la première fois à Saskatoon; travaillant à la création de la PGA Saskatchewan. Cependant, ses vingt ans au Royal Montreal ont assuré sa position de doyen parmi les professionnels de golf. Du nombre de ses réalisations, il faudrait mentionner qu’il fut le premier professionnel à présider la section Québec de la CPGA; fut vice-président de la PGA d’Amérique; il a également servi comme président de la PGA canadienne pendant trois ans. Pat Fletcher fut intronisé au Temple de la renommée du sport de la Saskatchewan en 1974; au Temple de la renommée du golf du Canada en 1975 et de l’Association royale de golf du Canada en 1976.

Ce qui différenciait le plus Fletcher des autres professionnels de son temps, c’était sa façon de définir les priorités, incluant son engagement envers sa famille et son club de golf. Sa volonté et sa grande force de caractère en firent un compétiteur accompli et son dévouement, un remarquable professionnel. On disait aussi qu’il était près des gens et lorsqu’il développait une amitié avec quelqu’un, c’était pour la vie.

Des joueurs comme Jack Nicklaus et Arnold Palmer venaient souvent voir Fletcher pour lui demander des conseils sur leur élan. Ils avaient beaucoup de respect pour l’homme et ils le considéraient comme l’un des meilleurs entraîneurs du pays. Ses connaissances du jeu et son empressement à communiquer son savoir à des élèves consciencieux en firent un modèle à suivre. De nombreux golfeurs amateurs suivirent ses cours et parmi ceux-ci, il considérait Judy Darling-Evans comme son élève la plus remarquable.

En 1976, Fletcher prit sa retraite et retourna vivre à Victoria, en Colombie-Britannique, l’endroit qui l’avait vu grandir et où il était considéré comme un héros victorieux. Sa vie était revenue à son point de départ et entre ses voyages d’un océan à l’autre, le pays a pu profiter de son précieux héritage.

 

Membres intronisés au Temple de la renommée du golf du Québec

Pierre Archambault (1944 - ) intronisé en 2017

Gordon Baxter Taylor (1909 – 1999) intronisé en 1996
Adrien Bigras (1938 - ) intronisé en 2005
Jack Bissegger (1932-2009) intronisé en 2019
Jocelyne Bourassa (1947 -) intronisée en 1996
Mario Brisebois (1953 -) intronisé en 2018
Graham Cooke (1946 -) intronisé en 2008
Judy Darling-Evans (1937 -) intronisée en 1998
Pat Fletcher (1916 – 1985) intronisé en 1998
André Gagné (1944 - ) intronisé en 2016
Damien Gauthier (1913 – 1999) intronisé en 2000
Christopher Howard Gribbin (1921 – 2012) intronisé en 1996
Mary Ann Hayward (1960 - ) intronisée en 2011
Stanley Horne (1912 – 1995) intronisé en 1996
Jules Huot (1908 – 1999) intronisé en 1996
Les huit frères Huot - intronisés en 1996
Karl Kaspar Keffer (1882-1955) - intronisé en 2016
Bill Kerr Sr. (1911 – 1997) intronisé en 1997
Albert Henri Murray (1887 - 1974) intronisé en 1996
Charles Richard Murray (1882 – 1939) intronisé en 1996
Jacques Nols (1945 - ) intronisé en 2012
Debbie Savoy Morel (1953 -...) intronisée en 2017
Daniel Talbot (1953-…) intronisé en 2019
Robert "Bob" Vokey (1939 - ) - intronisé en 2017