Damien Gauthier (1913 - 1999)

     

            Damien Gauthier (1913 – 1999) intronisé en 2000

Monsieur Damien Gauthier était le professionnel bien connu de l’ancien Club de golf Municipal de Montréal dont le succès est venu, en quelque sorte, contredire l’opinion émise par son père en 1920 lorsqu’il lui avait dit « tu crèveras de faim » s’il choisissait une carrière dans le monde du golf.

Les réalisations de monsieur Gauthier vont bien au-delà des nombreux championnats qu’il a gagnés, des records de terrain qu’il a enregistrés ou du nombre de personnes qu’il a influencées en tant qu’administrateur, enseignant et ambassadeur de golf au cours de sa longue et remarquable carrière de près de 60 ans. Son histoire est un témoignage de la satisfaction acquise dans une vie pleinement vécue et dans la réalisation de ses rêves.

Né à Montebello, au Québec, le 27 décembre 1913, la passion de monsieur Gauthier pour le golf s’est développé alors qu’il évoluait du poste de cadet à ceux de maître-cadet et d’assistant professionnel, jusqu’à devenir l’un des professionnels les plus accomplis de son temps.

Monsieur Gauthier n’avait que 16 ans lorsqu’il est devenu apprenti auprès de Cal Taylor au prestigieux club de golf Seignory, mieux connu aujourd’hui sous le nom de Château Montebello. En 1936, il a été embauché par le professionnel en chef de l’ancien club de golf St-Jérôme où il a travaillé jusqu’à la fermeture de l’établissement en 1943. Bien que la disparition du club de golf fut un épisode déchirant dans la vie de monsieur et madame Gauthier, il s’est bientôt être un événement essentiel dans l’héritage qu’a laissé monsieur Gauthier.

Le club de golf Municipal de Montréal avait besoin d’un professionnel en chef alors que monsieur Gauthier était à la recherche d’un emploi. Il n’y avait qu’un pas facile à franchir pour que les réputations de chacun d’entre eux deviennent inséparables. Pendant trois décades et demie, monsieur Gauthier a répondu aux demandes de l’insatiable communauté de golfeurs qui fréquentait le Municipal – dans ses années de vaches grasses, près de 90 000 rondes se sont annuellement jouées sur le parcours de 36 trous.

Même s’il démontre déjà des aptitudes de champions en gagnant deux fois avant de quitter le St-Jérôme – incluant le Championnat de l’AGP de Montréal présenté au club de golf Rosemère en 1937 – les talents de compétiteur de monsieur Gauthier étaient optimaux au cours de son mandat au Municipal de Montréal, et ce, malgré la forte demande pour les leçons de golf et les affaires florissantes de la boutique.

Monsieur Gauthier était un compétiteur redoutable et la réputation de son robuste élan portant la balle du tertre de départ au vert lui a d’ailleurs valu le sobriquet de « Damien la Machine ». Lorsque l’âge devient pour lui un facteur d’habilité pour frapper des balles sur de longues distances, son expérience des fers courts et du fer droit lui a permis de compenser et d’arracher les titres de championnat à bien d’autres compétiteurs qui ne comptaient que la moitié de son âge.

Monsieur Gauthier ne semblait connaître aucune limite à sa ferme détermination de vaincre sur tous les parcours. Parmi ses nombreuses réalisations, notons sa participation à 15 omniums canadiens où son meilleur résultat fut d’obtenir une 13e place en 1959 à l’âge de 46 ans; son titre de deuxième meilleur Canadien en 1949 alors qu’il se classait 14e; ses 11 records de parcours incluant quatre records en compétitions de 1937 à 1962; ses sept trous d’un coup et ses deux qualifications pour le prestigieux tournoi Tam-O-Shanter de Chicago (1945 et 1949). Il a enregistré 29 victoires en carrière dont quatre championnats O’Keefe (1958, 1961, 1966 et 1968), l’Omnium Irving en 1950, l’Omnium de Lachute en 1951, le Championnat partie par coups de l’AGP de Montréal en 1944 et sept championnats seniors de l’AGP du Québec (gagnant de 1967, 1975, 1979, 1980; dans la catégorie des 60 ans et plus en 1986 et 1987, dans la catégorie des 70 ans et plus en 1988), ainsi que ses 23 deuxièmes places.

Administrateur de golf renommé, il a appuyé plus d’une vingtaine d’assistants qui ont poursuivi, à leur tour, des carrières de professionnels en chef. Monsieur Gauthier a Å“uvré comme professionnel-gérant (1995-1970) et comme directeur général (1970-1978) au club de golf Municipal de Montréal.

Dans ses fonctions, monsieur Gauthier a été l’un des plus remarquables ambassadeurs du golf en recevant des personnages célèbres et des invités de tous les paliers de population tout en rehaussant sa réputation internationale. Cela l’a d’ailleurs mené à soumettre un article sur l’enseignement du golf pour publication dans le numéro de juin 1967 du magazine américain « Golf Digest ».

Parmi des nombreuses réalisations, l’un des points marquants de sa carrière fut le résultat de sa redéfinition de l’architecture du parcours municipal : l’obtention de l’Omnium canadien de 1967.

Jack Tuthill, le conseiller en tournoi de l’Association des professionnels de golfs américains, était très enthousiasmé par le parcours et la précision des coups qu’il fallait atteindre pour obtenir des résultats satisfaisants. Il était également impressionné par les verts qu’il décrivait comme étant étroits, mais de très bons défis pour les meilleurs golfeurs du monde.

Le parcours du Municipal de Montréal et monsieur Gauthier gagnèrent en popularité lorsqu’ils furent les hôtes de « La Canadienne » en 1973, le tournoi préliminaire à la Classique Du Maurier, gagné par une membre du Temple de la renommée, Jocelyne Bourassa. Parmi les autres terrains qu’il a dessinés ou restructurés, nous comptons le deuxième 18 trous du Municipal de Montréal, le premier 9 trous du St-François, certains trous des clubs de golf New Glasgow et Green Valley, ainsi que le parcours exécutif du Municipal de Montréal. Il avait également dessiné un parcours pour Rivière-des-Prairies et qui devait devenir le nouveau Municipal de Montréal, il ne fut jamais construit.

Le plus grand déchirement de son illustre carrière fut la fermeture du parcours Municipal. Celui-ci devait laisser place au village Olympique.

Ainsi disparaissait la plus importante institution de golf sur laquelle un grand nombre de parents québécois comptaient pour se procurer l’équipement de golf de leurs enfants. La boutique qu’il avait mise sur pied était tellement appréciée et respectée par ses collègues professionnels que l’AGP du Québec a créé un prix en son honneur. Il s’agit du Trophée Damien Gauthier qui est remis chaque année à l’assistant qui démontre les meilleures aptitudes de gestion des opérations de la boutique.

Alors que le public reconnaît sans aucun doute son importance dans le monde du golf, sa plus importante réalisation personnelle ne s’est pas jouée sur un parcours de golf. Il a en effet élevé quatre brillants enfants, un médecin, un avocat, un docteur en histoire et un homme d’affaires accompli, et compte plus de 55 ans à son mariage.

Le monde du golf a été bon pour monsieur Gauthier, démentant ainsi les prédictions pessimistes de son père, cependant le jeu a également beaucoup bénéficié de ses nombreuses contributions.

 

Membres intronisés au Temple de la renommée du golf du Québec

Pierre Archambault (1944 - ) intronisé en 2017

Gordon Baxter Taylor (1909 – 1999) intronisé en 1996
Adrien Bigras (1938 - ) intronisé en 2005
Jack Bissegger (1932-2009) intronisé en 2019
Jocelyne Bourassa (1947 -) intronisée en 1996
Mario Brisebois (1953 -) intronisé en 2018
Graham Cooke (1946 -) intronisé en 2008
Judy Darling-Evans (1937 -) intronisée en 1998
Pat Fletcher (1916 – 1985) intronisé en 1998
André Gagné (1944 - ) intronisé en 2016
Damien Gauthier (1913 – 1999) intronisé en 2000
Christopher Howard Gribbin (1921 – 2012) intronisé en 1996
Mary Ann Hayward (1960 - ) intronisée en 2011
Stanley Horne (1912 – 1995) intronisé en 1996
Jules Huot (1908 – 1999) intronisé en 1996
Les huit frères Huot - intronisés en 1996
Karl Kaspar Keffer (1882-1955) - intronisé en 2016
Bill Kerr Sr. (1911 – 1997) intronisé en 1997
Albert Henri Murray (1887 - 1974) intronisé en 1996
Charles Richard Murray (1882 – 1939) intronisé en 1996
Jacques Nols (1945 - ) intronisé en 2012
Debbie Savoy Morel (1953 -...) intronisée en 2017
Daniel Talbot (1953-…) intronisé en 2019
Robert "Bob" Vokey (1939 - ) - intronisé en 2017