L’histoire des clubs membres de Golf Québec

Lors de sa 100e année d’existence en 2019, Golf Québec comptait sur le précieux support de 237 clubs membres. Bien que les clubs aient toujours constitué l’épine dorsale de l’association, les pionniers étaient évidemment moins nombreux au début.

Les pionniers

Comme nous l’avons vu dans le premier numéro, c’est le club Royal Montreal qui revendique l’honneur et le mérite d’être le plus ancien légalement constitué encore en existence, non seulement au Québec, mais en Amérique du Nord, avec sa fondation le 4 novembre 1873. Son premier parcours était un 9 trous sur ce qui s’appelait à l’époque Fletcher’s Field (la Ferme Fletcher) où se situe aujourd’hui le parc Jeanne-Mance sur les flancs du Mont-Royal sur l’avenue du Parc à Montréal.

En 1896, le club déménagea sur le site nommé Dixie dans la paroisse de Dorval, où l’on retrouve aujourd’hui l’Académie Ste-Anne dont une partie a malheureusement été la proie des flammes en avril 2020. Ce site a eu l’honneur de recevoir le premier Omnium canadien en 1904 remporté par John Henry « Jack » Oke d’Angleterre qui était le professionnel au club Ottawa et dont le pointage de 156 sur deux rondes (+16) lui mérita la rondelette somme de 60 $.

Les pressions du développement urbain ont encore contraint le club à déménager à l’Île Bizard en 1959 avec un complexe de 45 trous comme on le connaît aujourd’hui. Le club a été le théâtre de 10 éditions de l’Omnium canadien, dont le dernier en 2014 qui a couronné le Sud-Africain Tim Clark avec une fiche de -17. Et ceci est sans compter la Coupe des présidents en septembre 2007 qui a vu le duel épique entre Tiger Woods et le seul Canadien, Mike Weir. Bien que les Américains aient défait l'équipe internationale, Weir a battu Woods au 18e trou lorsque ce dernier lui a concédé le trou, ce qui a soulevé la foule présente.

L’inauguration du Quebec Golf Club par des banquiers écossais, aujourd’hui le Royal Québec, a suivi son aîné de Montréal de quelques mois, ce qui aurait eu lieu en 1874 selon les théories les plus crédibles, devenant ainsi le deuxième plus vieux club en Amérique du Nord. Le premier parcours du club de 14 trous fut aménagé sur les Cove Fields sur les plaines d’Abraham. Au début, on utilisait les vaches d’un cultivateur pour couper l’herbe. Dans les années 1880, rien n’arrêta le progrès alors qu’une faucheuse mécanique tirée par un cheval effectuait ce travail.

Au cours de son histoire, le club de Québec changera d’emplacement à deux reprises. Le 1er septembre 1916, il inaugure son parcours sur la propriété du Kent House, à proximité de la Chute Montmorency. Après quelques années d’exploitation, les membres du club souhaitent plus d’espace et c’est ainsi que la direction du club procédera à l’achat de terres agricoles dans le secteur de Boischatel pour y ériger ses installations. Le club sera officiellement inauguré, à son emplacement actuel, en juin 1925.

Le 6 avril 1920, lors de la fondation de l’Association de Golf de la Province de Québec (AGPQ), les représentants des sept clubs fondateurs étaient présents : Royal Montreal, Outremont, Beaconsfield, Country Club of Montreal, Kanawaki, Whitlock et Laval-sur-le-Lac.

Les aînés

À ses débuts, la nouvelle association invita d’autres clubs à s’y greffer tels que Québec, Royal Ottawa, Lennoxville, Grand-Mère, Rivermead, Granby et Mount Bruno. Peu de temps après, ce fut au tour de Senneville, Islesmere et Summerlea de s’intégrer au groupe qui comptait 17 clubs membres en 1922.

Bien qu’il ne soit incorporé qu’en 1894 et qu’il se soit joint à l’AGPQ dans les années 1930, le club de golf Murray Bay, dans la merveilleuse région de Charlevoix, a accueilli ses premiers golfeurs en 1876. Il se proclame le plus vieux toujours au même endroit avec 18 trous en Amérique. Fait intéressant, de 1914 à 1925, le club est présidé par William Howard Taft, un ancien président américain. En fait, Taft occupe cette fonction de président du club bien plus longtemps que celle de président des États-Unis qu’il ne conserve que pour un seul mandat de quatre ans de 1909 à 1913.

Un autre pionnier, le club de golf Orléans à Ste-Pétronille de l’île d’Orléans, a joint les rangs de l’AGPQ en 1924 et a été incorporé en 1939, mais l’histoire nous apprend que, déjà en 1868, trois trous de golf étaient aménagés pour le plaisir de la famille Dunn qui possédait un domaine privé où 9 trous existeraient depuis les environs de 1909.

C’est en 1917 que le premier club francophone a été fondé à Laval-sur-le-Lac avec l’ouverture officielle des premiers 9 trous, le 20 octobre, sous la présidence de « l’énergique » monsieur Raoul G. de Lorimier, tel que le qualifiait l’édition de novembre 1917 du magazine Canadian Golfer.

Aujourd’hui, Golf Québec a l’honneur de compter 24 clubs centenaires dans ses rangs comme on peut le voir dans le tableau ci-dessous.

Les clubs centenaires membres de Golf Québec

Club

Association régionale

Fondation

Royal Montreal

Montréal

1873

Royal Québec

Québec

1874

Murray Bay

Québec

1876

Royal Ottawa

Ottawa

1891

Cornwall

Montréal

1896

Old Lennoxville

Cantons de l’Est

1897

Senneville/Braeside

Montréal

1898

Cascade

Est-du-Québec

1901

Como

Montréal

1902

Rivière-du-Loup

Est-du-Québec

1902

Waterville

Cantons de l’Est

1903

Beaconsfield

Montréal

1904

Ottawa Hunt

Ottawa

1908

Country Club of Montréal

Montréal

1910

Rivermead

Ottawa

1910

Grand-Mère

Mauricie

1910

Kanawaki

Montréal

1912

Whitlock

Montréal

1912

Hermitage

Cantons de l’Est

1912

Miner (Granby)

Cantons de l’Est

1913

Laval-sur-le-Lac

Montréal

1917

Mount Bruno

Montréal

1918

Islesmere

Montréal

1919

Lorette

Québec

1920

 

Les grands disparus

Peut-on imaginer l’île de Montréal de nos jours avec plus d’une vingtaine de parcours de golf? C’est un peu insensé avec l’inévitable développement urbain, mais c’est ce qu’on aurait eu si tous les grands disparus étaient encore de ce monde!

Tout d’abord, le club de Westmount a survécu de 1900 à 1919 sur ce qui est aujourd’hui le Bois Summit sur le flanc sud du Mont-Royal. Sans doute irrités par la décision du club de Westmount de ne pas ouvrir le dimanche, certains membres se sont tournés vers le club de golf Outremont en 1902 à l’endroit où se trouvent aujourd’hui les parcs Pratt et Joyce. En 1910, les membres, appréhendant les pressions urbaines, ont commencé à chercher des terrains à l’extérieur de l’île pour créer ce qui est devenu le club de golf Kanawaki qui a ouvert ses 15 premiers trous à l’été 1913. C’est en 1922 que le club Outremont a définitivement fermé ses portes et que ses membres se sont retrouvés à Kanawaki.

Parmi les autres grands disparus, citons le club Marlborough à Cartierville, près du boulevard Gouin et du Parc Belmont qui, à son ouverture en 1924, comptait sur un parcours régulier de 18 trous et un 9 trous plus court pour les dames et les débutants. Le parcours laissa la place au développement immobilier en 1967.

Plusieurs baby boomers se souviennent du Municipal de Montréal (1923-1975) sur la rue Sherbrooke où les golfeurs se plaçaient en file aux petites heures de la nuit derrière le premier tertre de départ des parcours Viau et Maisonneuve, ce dernier ayant été le site de la victoire historique de Jocelyne Bourassa en 1973 lors de la classique La Canadienne de la LPGA.

Pour compléter la liste des parcours disparus de l’île de Montréal, citons Mount Royal (1931-1958), Rosemount (1921-1965), Maple à Anjou (1947-1965), Hampstead (1923-1968), LaSalle (1935-1971), Beaurepaire/Fresh Meadows à Beaconsfield (1927-1986), Grovehill à Lachine (1935-1987), Île-des-Sœurs (1968-1987), le Challenger à Ville St-Laurent (2002-2011) et Dorval Municipal (1924-2015).

À l’extérieur de Montréal, on a aussi vécu la disparition de plusieurs parcours dont ceux de BeauChâteau (1957-2005), Deux-Montagnes (1985-2013), Mascouche (1959-2013), La Providence à St-Hyacinthe (1964-2014), Brossard (fermé en 2015), Laprairie (1964-2016), Le Boisé à Lachenaie (1988-2016), Chambly (1927-2017), St-André Est (1923-2017), Inverness à Lac-Brome (1990-2018) et Candiac (1958-2019).

Ayons une bonne pensée pour tous ces défunts et merci à tous les clubs qui nous permettent encore aujourd’hui de pratiquer notre sport favori.

Marcel Paul Raymond

Alain Chaput, collaboration spéciale


100 ans, ça se fête!